Sugar Daddy, le Candy Crush du 3eme âge

Publié le 28 juin 2013 par

blanche-neige-et-les-7-n-ii02-g

Sugar Daddy c’est quoi ? Une nouvelle marque de sucre ? Un nouveau jeu en réseau ? Et bien non Sugar Daddy en plus d’être un hit des Jackson 5, c’est un nouveau phénomène (enfin non ce n’est pas si nouveau que ça, mais avec une appellation anglophone c’est plus frag, un mélange de frais et de swag). Des hommes à l’âge mûr qui couvrent de cadeaux des jeunes filles en échange de leur douce présence, de rendez-vous et/ou/avec relations sexuelles. Ces jeunes filles maitresses de leur cul et de leur tête ne se considèrent pas comme des prostitués. Pour le plus souvent étudiantes, elles essayent de joindre les deux bouts mais surtout rendre leur vie plus dorée. Elles tentent même de forger plutôt là un concept, un concept d’échange de bons procédés avec très peu de sexe. Mais très peu de sexe c’est quoi ? Une petite fellation quand le diamant est plus gros ? Une pénétration furtive quand le sac à main est plus cher ?

Le site Seeking Arrangement est même devenu le plus grand portail de cette prostitution 2.0. Son fondateur Brandon Wade a recruté des milliers d’étudiantes en les appâtant avec des abonnements gratuits en forme de pomme rouge « mange-moi, ce n’est qu’une manière comme une autre de rembourser ton prêt d’étudiante ! » Pour cet homme d’affaires (ou proxénète à votre complaisance) le phénomène Sugar Daddy n’est rien d’autre que le prolongement des contes de fées Disney. Pour lui ces jeunes filles se rêvent princesses et espèrent embrasser la grenouille qui se transformera en prince charmant. Attendez mais la princesse suce la grenouille dans les contes de fées ? Ah bon ? je ne m’en souvenais plus !

Est-ce un recul pour la femme ? Est-ce la société de consommation, les médias, qui poussent ses jeunes filles à vendre leurs services en échange de nouveaux escarpins à la mode ? Cette pratique est vieille comme le monde, elle est juste emballée dans un joli papier 2.0 avec une étiquette au nom attrayant. Combien de femmes draguent à la couleur de la carte bleue ? Combien d’hommes se servent de leur portefeuille pour ouvrir autant de cuisses légères que de portes ? Tous mettant l’amour en option. Malheureusement il existe bien trop souvent un rapport de force ainsi que des liens économiques dans la séduction et le couple.

A la différence des prostitués et autres travailleuses du sexes, ces jeunes filles adeptes du Sugar Daddy n’en font pas leur emploi, elles voient là une façon comme une autre d’arrondir leur fin de mois. Le plus triste pour elles, pour les plus naïves, serait peut-être d’attendre désespérément que le Sugar Daddy se transforme en prince, se faisant rouler par ces hommes qui ont compris qu’il suffisait d’y jouer pour obtenir ce qu’ils voulaient.

Par Cabanong de jenesuispasblogueusedemodemaisjaidesgrosseins.com