Une pilule pour prévenir le cancer du sein

Publié le 26 juin 2013 par

En prévention du cancer du sein, Angelina Jolie a choisi la mesure radicale de l’ablation. Heureusement, d’autres solutions sont possibles, comme la pilule préventive plébiscitée par les autorités britanniques.

Capture d’écran 2013-06-26 à 13.25.46Via le National Institute for Health and Care Excellence (Nice), les autorités britanniques ont recommandé une pilule à prendre quotidiennement pendant 5 ans afin de prévenir l’apparition d’un cancer du sein.En effet, selon le Nice, près de 500 000 femmes vivant en Angleterre ou au Pays de Galle et âgées de plus de 35 ans seraient concernées par cette maladie. Cette pilule préventive s’adresse donc en priorité aux femmes dont la famille possède des antécédents de cancer du sein. Si cette décision est saluée par les médecins britanniques, elle reste cependant controversée. Car si les deux molécules utilisées pour créer la pilule ont réalisé de bons résultats lors des tests effectués aux Etats-Unis et en Angleterre, ce n’est pas le cas en Europe. De plus, des effets secondaires ont été relevés : le tamoxifène par exemple, entraînerait un sur-risque de thrombose veineuse profonde (caillot) et d’embolie pulmonaire à hauteur de 2-3% sur 5 ans. Un risque qui s’avère bien supérieur à celui présenté par les pilules de 3ème ou 4ème génération. Il semblerait qu’à ce jour, cette pilule pour prévenir le cancer du sein reste de l’autre côté de la Manche.